Les Droits de l'Homme au Liban
 Englishعربي    

 Le Liban est un pays qui a survécu une longue guerre civile, de 1975 jusqu'au début des années 90, et vu de nombreuses occupations, dont la dernière n'a cessé qu'en 2005. Cette longue période de troubles a fait de nobmreuses victimes, physiquement, psychologiquement et mentalement. Les cicatrices de la guerre n'ont pas encore disparu, et sont toujours présentes dans les multiples facettes de la société.

Après une longue période où les priorités résidaient dans la survie, les droits de l'homme n'avaient aucune importance, facilitant de fait la torture et les comportements inhumains.

Même si le Liban a signé et ratifié la plupart des traités des Nations Unies sur les Droits de l'Homme, certains avec des réserves, et spécialement le CEDAW et la Convention contre la Torture, les traités internationaux, une fois ratifiés par le Parlement, devraient être en principe automatiquement incorporés dans le système légal national et devraient être passible d'être invoquées directement par les citoyens en Cour de Justice. Toutefois, ils ne sont en fait pas, ou incomplètement, intégrés dans la législation nationale, et rarement appliqués ou connus par l'appareil judiciaire. Certaines administrations gouvernementales et internationales de même que des organisations de la société civile sont en train de travailler pour la réforme des droits de l'homme, mais il y a encore beaucoup à faire, activement sur le terrain de même que dans les coulisses, pour former une société respectueuse des lois humaines et pour aider les personnes défavorisées

L'époque où certaines personnes étaient arrêtées, torturées, puis sommairement jugées et envoyées en prison est encore fraîche dans la mémoire de plusieurs familles, spécialement celles dont les membres on en fait souffert de cette injustice, ou celles qui ont encore des membres derrière les barreaux.Jusqu'à présent, la torture n'est pas un crime d'après la législation Libanaise: il y a de fréquentes allégations de torture pratiquées par les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) contre des personnes en état d'arrestation, y compris les migrants illégaux et les travailleurs de sexe. La torture est aussi habituellement pratiquée par l'intelligence militaire contre les réfugiés palestiniens et par les membres du Bureau de Répression de Drogue contre les drogués. La Torture est utilisée comme un moyen pour obtenir les informations, mais aussi comme un moyen de dissuasion et de punition collective, avec l'accord implicite des autorités.

Autres Rapports 
Les ONG au Liban 
Liens Utiles 
free templates
Make a Free Website with Yola.